fbpx

La première paire de Louboutin date de 1662

Une histoire de chaussures

La semelle rouge est à Louboutin ce que la Tour Eiffel est à Paris. Et pourtant, c’est bien dès 1662 que ce détail fait sa première apparition. Vous devez sûrement vous demander comment est-ce possible? Rassurez-vous, Christian Louboutin n’a pas 300 ans. Pour vous raconter cette folle histoire, il nous faut remonter au XVIIe siècle…

Un accident à l’origine de la tendance 

Nous sommes donc en 1662, Louis XIV règne sur la France depuis un an. Il est important de préciser qu’à cette époque il est anachronique de parler de la Cour de Versailles. Le château n’existe pas encore et ne sera l’habitation officielle des rois de France qu’en 1682. Pour l’heure, les souverains résident à Paris au Louvre ou au Palais Royal.


C’est pour cette raison que de nombreuse festivités avaient lieu dans la capitale. 


A cette période se tenait le Carnaval d’hiver, événement mondain se situant non loin du quartier des boucheries et abattoirs de Paris.

Et qui dit abattoirs dit sols ensanglantés. Philippe d’Orléans participa à la fête jusqu’à l’aurore. Quand il rentra au palais, il eut à peine le temps de se changer qu’on lui annonça que son frère souhaitait le voir. Il s’exécuta immédiatement (frère ou non, on ne fait pas attendre le Roi), et n’eut donc pas le temps de se changer.


Quand il se présenta devant le roi, un détail sauta aux yeux de la Cour : les talons de Philippe d’Orléans étaient devenus rouges, tachés par le sang des abattoirs. 
Il faut savoir que les chaussures de l’époque étaient très souvent réalisées dans des tissus comme de la soie, il nous est donc facile d’imaginer que la coloration rouge a très rapidement pris. 
Louis XIV, affirmant déjà un fort intérêt pour l’esthétique, trouva que le mariage du bleu royal avec la couleur rouge donnait un très beau contraste. 


Il n’en fallut pas plus pour que le soir même la Cour entière se mette à arborer des talons rouges. 
La famille royale étant la référence en matière de tendance, tout le monde voulait porter ce qu’elle portait. Et pas uniquement à la Cour française, puisque par exemple la robe à paniers a été portée par l’ensemble des cours européennes.


Véritable phénomène de mode pendant plus d’un siècle, le plus célèbre des rois de France se devait d’immortaliser ces talons. C’est pourquoi il les porte sur son portrait en costume de sacre réalisé par Hyacinthe Rigaud en 1701. 

tableau Louis XIV Hyacinthe Rigaud
Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud – 1701


Désormais, ce talon rouge est devenu un symbole de noblesse permettant de montrer à tous qu’on appartient à la Cour. Cette mode durera jusqu’à la Révolution Française. Il fut tellement porté par les courtisans qu’une expression a été créée au XIXe siècle : « être talon rouge ». 
Ce que signifie cette expression? Avoir de bonnes manières mais également être prétentieux. Très certainement l’image que renvoyaient les nobles au reste de la société. 

Philippe d’Orléans, Christian Louboutin : pour l’amour du soulier


Christian Louboutin aurait-il puisé son inspiration à la Cour de Louis XIV ? Lors d’une interview sur France Inter en février 2020, il raconte l’origine des célèbres semelles rouges iconiques de sa marque.


Enfant, il avait pour habitude de visiter les musées avec sa soeur. Des panneaux proscrivaient le port d’escarpins qui abîmaient le parquet à cause de leurs talons métalliques. Sur ces panneaux, un escarpins dessiné de profil était donc barré en rouge. 
Une représentation qui va inspirer le jeune Christian puisqu’il va prendre l’habitude de dessiner des souliers vus de côté. Gardant les couleurs originelles de ce modèle qui l’avait inspiré, le rouge et le noir deviennent récurrents. 


Peu à peu, son style s’affine et les inspirations s’affirment. Malgré tout, le choix de la semelle rouge est une décision de dernière minute. C’est lors d’essayages en 1993 que Christian Louboutin s’est rendu compte que le résultat n’était pas fidèle à ses dessins. Il emprunta alors le vernis à ongles rouge de son mannequin afin de peindre la semelle.

Une belle preuve, s’il en fallait une autre, que la mode est un éternel recommencement.

chaussures louboutin
Escarpins Christian Louboutin

No Comments

    Leave a Reply