fbpx

La chemise hawaïenne est japonaise

Trop ringarde, trop colorée, trop décontractée : c’est bien connu, la chemise hawaïenne n’a pas très bonne réputation. Perçue comme le parfait attirail du touriste en vacances, elle fait néanmoins son retour dans nos dressings, s’imposant auprès des grandes marques comme une nouvelle pièce intemporelle de l’été. 

tom selleck magnum chemise hawaïenne

Des origines japonaises

Histoire d’une chemise pas comme les autres

L’histoire de cette chemise remonte à la fin du XIXe siècle à Hawaï (mais ça vous l’aviez sûrement déjà compris).
A cette époque, l’Amérique du Nord domine l’archipel et exploite au maximum les champs de cannes à sucre qui s’y trouvent. La main d’oeuvre bon marché employée vient non pas du Bangladesh comme aujourd’hui mais du Japon.


Comme le travail était rude et le climat était chaud, de nombreux Japonais décidèrent de travailler torse nu. Ce qui ne fut pas du goût des Américains qui dirigeaient les plantations et qui leur imposèrent rapidement le port d’une chemise.
Gordon Young, un jeune Japonais, décida alors d’en fabriquer en utilisant un tissu rapporté de son pays natal : le tapa.

Réalisées dans ce tissu traditionnel aux motifs floraux, ces chemises étaient amples et fermées par des boutons en nacre ou en cocotier.

Le développement commercial

Devenue l’un des symboles de Hawaï, il ne fallut pas beaucoup de temps avant que le potentiel de vente de cette chemise ne saute aux yeux de commerciaux.
Ils sont deux à se disputer la paternité du vêtement (ou plus exactement son développement).

Le premier se nomme Kichiro Miyamoto, tailleur à Honolulu. Il aurait créé des chemises très similaires aux chemises hawaïennes, également à partir du tissu de kimono japonais qu’il aurait commencé à commercialiser dès 1935. 

La seconde personne à revendiquer sa création est l’homme d’affaires sino-hawaïen Ellery Chun. Il donna un nom différent à la chemise : « Aloha » qui signifie « bonjour » en hawaïen. C’est en 1937, après avoir constaté que des Hawaïens commençaient à porter des chemises à motifs colorés qu’Ellery Chun demanda à un tailleur local de fabriquer ses chemises Aloha.

La chemise Aloha synonyme de vacances

Quand le ringard redevient à la mode

Peu importe à qui revient l’invention (ou plutôt la diffusion en masse) de la chemise hawaïenne, c’est bien au cours des années 30 qu’elle devient populaire.


Vêtement emblématique de l’archipel, au même titre que les colliers de fleurs à Tahiti, ce vêtement devient un incontournable dont les touristes s’emparent rapidement.

Car oui, les années 1930 marquent également le début du tourisme de masse et de la tradition du « souvenir de vacances ».  A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la nouvelle tendance du casual wear, continue d’exporter la chemise hawaïenne dans le monde entier. 


Ambassadeur de la mode « Tiki » avec les colliers de fleurs et le ukulélé, la chemise Aloha est un vêtement indispensable pour les Américains depuis 1959, année où Hawaï devient officiellement le 50ème état des États-Unis.

Une star des écrans 

La chemise hawaïenne devient un vrai phénomène et forcément, les stars de l’époque ne tardent pas à se l’approprier. 

Le premier à le faire ? Elvis Presley.

En 1961, le chanteur sort l’album “Blue Hawaï”, bande originale du film « Sous le ciel bleu de Hawaï » de Norman Taurog dont il tient le premier rôle. Et évidemment, on n’en attentait pas moins, Elvis pose sur la pochette de son vinyle vêtu d’une chemise Aloha rouge.

Elvis Presley Blue Hawaï

Le succès de la chemise hawaïenne est très irrégulier. Plébiscitée dans les années 80 et 90, la décennie suivante annonce son déclin. Jusqu’à présent associée aux vacances et aux surfeurs, elle finit par l’être aussi, malgré elle, aux mafieux et aux dealers. 

Un vêtement qui n’a pas dit son dernier mot 

Qu’à cela ne tienne, la chemise Aloha n’a pas dit son dernier mot. En 2016, Valentino la met au centre de sa collection « Hawaï » et il est rapidement suivi par Balenciaga. 

Souvent perçue comme kitsch ou ringarde, elle n’en reste pas moins emblématique. Elle fait donc son grand retour cet été, aux côtés d’autres pièces que l’on croyait oubliées comme le marcel ou le bob par exemple. 

La chemise hawaïenne par Balenciaga
La chemise hawaïenne par Balenciaga

No Comments

    Leave a Reply