fbpx

Eté 1783 / été 2020 : quel point commun?

Au premier abord, la réponse n’est pas si évidente. Et pourtant, la mode printemps/été 2020 ressemblait à celle qu’ont connue les femmes en 1783.

La mode est un éternel recommencement, cette phrase n’a jamais aussi bien trouvé son sens. Robes légères, en gaze de coton, en dentelle, aux coupes oversizes… Pour cet été 2020, la mode a pris des airs de robes ” de dessous”.

Des marques de prêt-à-porter telles que Balzac Paris ou Sézane ont d’ailleurs fait des campagnes sur la mode légère et poétique de cette saison.

Mais alors, me direz vous, où se trouve le point commun entre Marie-Antoinette et Sézane?

Comme évoqué précédemment, la mode à Versailles dans les années 1770 était une mode contraignante, avec des habits lourds et imposants tels que la robe à paniers.

Mais voilà qu’une certaine Elisabeth Vigée Le Brun commence à faire parler d’elle à la Cour. Peintre prodigieuse, elle est la réalisatrice d’un très grand nombre de portraits de nobles mais aussi et surtout, portraitiste de la reine Marie-Antoinette.

Mme Le Brun avait besoin de liberté dans ses mouvements afin d’éxécuter ses peintures. Loin des contraintes de l’Etiquette, elle avait pour habitude de porter des robes plus légères en coton.

Etant l’une des personnes “en vue” de l’époque, elle ne tarda pas à lancer une mode.

Cette tendance pris une grande ampleur, à tel point que même la reine se mit à porter des robes en voile de coton blanc.

Pour la petite anecdote, sa tenue fût un tel scandale, considéré comme trop dénudée, que le tableau fût retiré et la portraitiste dût en peindre une version plus habillée : le tableau “à la rose”.

Il existe encore beaucoup de similitudes entre les modes de différentes périodes, nous ne manquerons pas de continuer à les explorer.

Marie-Antoinette par E.Vigée Le Brun – 1783
Sézane – Robe Antonella – 2020

No Comments

    Leave a Reply